AUSTRALIE entreprise #15 Scene Change

👉 – PrĂ©sentation de Scene Change

Suivez-les : LinkedIn / Web

Scene Change est une sociĂ©tĂ© de 67 personnes du secteur de l’évĂ©nementiel et de l’audiovisuel. Elle a pour but d’assurer le support technique de divers Ă©vĂ©nements tels que des confĂ©rences, des expositions, des concerts et des Ă©vĂ©nements corporatifs. Co-FondĂ©e par Ian en 2006, Scene Change est devenue l’une des entreprises audiovisuelles les plus respectĂ©es et les plus innovantes du pays .La sociĂ©tĂ© propose  une gamme complĂšte de services audiovisuels, notamment la conception et la production de contenu vidĂ©o, l’Ă©clairage, le son, la scĂ©nographie, la diffusion en direct
 Pour faire simple, Scene Change s’occupe  de toute la gestion technique d’un Ă©vĂ©nement. L’entreprise dispose d’un large Ă©ventail de matĂ©riel de pointe, notamment des Ă©quipements audiovisuels de haute qualitĂ©, des systĂšmes de sonorisation, des Ă©crans LED, des Ă©quipements de projection et bien plus encore.

Les clients sont variĂ©s : ce peut ĂȘtre des organisateurs d’Ă©vĂ©nements corporatifs mais Ă©galement des organisateurs d’Ă©vĂ©nements de grande envergure comme des  festivals de musique et les Ă©vĂ©nements sportifs.

Bien que ce que fournit Scene Change soit souvent peu visible aux yeux du grand public, il s’agit d’un univers stressant car la rĂ©ussite d’une prestation se joue Ă  l’instant T.  Il faut ĂȘtre irrĂ©prochable pour que l’Ă©vĂ©nement se passe bien. Les contrats signĂ©s avec leurs clients sont gĂ©nĂ©ralement destinĂ©s Ă  la rĂ©alisation d’un  Ă©vĂšnement unique. Il n’est pas envisageable de faire des erreurs.  

Un autre aspect important Ă  prendre en compte est la difficultĂ© pour Scene Change de  trouver des employĂ©s compĂ©tents pour s’occuper d’un concert ou d’un Ă©vĂšnement festif et Ă©galement capable de travailler pour des chefs d’entreprises  et des salariĂ©s de niveau exĂ©cutif. Il faut ĂȘtre agile pour s’adapter Ă  diffĂ©rents univers. La qualitĂ© de l’équipe est donc primordiale chez Scene change. Ian nous l’annonce d’emblĂ©e : les collaborateurs sont le plus grand atout de l’entreprise ! 

👉Personne rencontrĂ©e

👉La crise Covid a Ă©tĂ© difficile pour le secteur de l’Ă©vĂ©nementiel. Pourtant Scene Change en a tirĂ© parti, comment?

Étude de cas d’une vĂ©ritable rĂ©ussite.

Le chaos est un excellent catalyseur.
+35% de chiffres d’affaires en 2022 par rapport Ă  2019 pour Scene Change!

Ian whitworth, Co-fondateur de SCENE CHANGE

Scene Change s’occupe de la gestion d’Ă©vĂ©nements comportant une audience physique. Ainsi, avec l’arrivĂ©e de la crise du COVID 19,  l’ensemble de l’industrie de l’Ă©vĂ©nementiel est devenue illĂ©gale. Du jour au lendemain, l’entreprise s’est retrouvĂ©e sans aucun contrat.

Alors que nous discutons avec Ian autour d’un cafĂ©, il nous confie que l’arrivĂ©e du virus a Ă©tĂ© un vĂ©ritable choc, en particulier pour leur entreprise. Il nous explique qu’il a fallu plus de 10 ans Ă  Scene Change pour construire une Ă©quipe de collaborateurs aussi soudĂ©e, car ils travaillent avec moins de freelancers que la plupart des entreprises du secteur. Leur conviction Ă©tant que si une Ă©quipe est constituĂ©e majoritairement de freelancers, cela aura nĂ©cessairement une consĂ©quence nĂ©gative sur  l’organisation globale et  la fluiditĂ© entre les travailleurs au moment de l’Ă©vĂ©nement. C’est en quelque sorte leur avantage concurrentiel d’avoir une Ă©quipe soudĂ©e. Il n’était pas question donc de laisser tomber l’équipe.

Ainsi, en fĂ©vrier 2020, il a fallu agir, car tous les Ă©vĂšnements s’annulaient les uns aprĂšs les autres. Ian a dĂ» prendre des mesures drastiques pour faire face Ă  cette crise et pouvoir conserver l’ensemble des collaborateurs. Ă€ savoir qu’en Australie les aides de l’État sont arrivĂ©s fin mars et il y a donc eu des licenciements massifs dans le secteur de l’Ă©vĂ©nementiel.

Sa premiĂšre action a Ă©tĂ© d’ĂȘtre honnĂȘte et transparent avec eux. AccompagnĂ© de l’autre co-fondateur, Ian s’est rendu dans chaque bureau pour informer chaque salariĂ© de la situation, mais Ă©galement pour communiquer sur ses craintes et ses incertitudes. 

AprĂšs cela, les deux hommes ont montrĂ© aux salariĂ©s en toute transparence la somme d’argent qu’ils avaient Ă  disposition dans l’entreprise grĂące aux profits des annĂ©es prĂ©cĂ©dentes, et ont pris une dĂ©cision forte : celle de puiser dans les rĂ©serves aussi longtemps que possible, aussi longtemps qu’il restera de l’argent, afin de pouvoir fournir un salaire dĂ©cent Ă  chaque employĂ©. Chaque employĂ© Ă©tait donc rĂ©munĂ©rĂ© comme s’il travaillait 3 jours par semaine. Ian nous explique qu’il n’était pas question pour lui de perdre quelqu’un de son Ă©quipe, pas question donc de licencier, comme le faisaient  beaucoup d’autres entreprises du secteur.

Quelques semaines plus tard, fin Mars 2020, le gouvernement Australien met en place des aides pour octroyer un salaire minimum aux employĂ©s dont l’activitĂ© est impossible Ă  cause des restrictions sanitaires. Mais, pour les entreprises qui avaient pris la dĂ©cision hĂątive de licencier, vouloir rĂ©embaucher les salariĂ©s tout juste mis Ă  la porte Ă©tait un processus dĂ©licat
la confiance Ă©tait brisĂ©e. . Cela n’était pas le cas chez Scene Change et les collaborateurs ont pu voir Ă  quel point ils comptaient pour l’entreprise, et que celle-ci ne les laisserait pas tomber en cas de crise. Un message fort.

Encore plus fort lorsqu’on sait que pendant 2 ans, pour que l’entreprise puisse survivre face Ă  la pandĂ©mie, Ian et son associĂ© ont dĂ©cidĂ© de ne pas se rĂ©munĂ©rer du tout. C’était donc une pĂ©riode trĂšs stressante pour Ian, car s’il disposait d’économies dans les caisses de l’entreprise , celles-ci n’étaient pas inĂ©puisables et Ian a mĂȘme envisagĂ© l’idĂ©e de vendre sa maison si la crise perdurait. 

L’’idĂ©e que l’entreprise pouvait mourir lui faisait trĂšs peur, c’était un pari risquĂ©.

Voici donc la premiĂšre chose qu’a gagnĂ©e Scene Change pendant la crise covid : une confiance renforcĂ©e avec son Ă©quipe. Et la rĂ©ussite d’avoir pu conserver ses talents.

Mais ce n’est pas tout. 

Pendant la crise, Scene Change a cherchĂ© Ă  se rĂ©inventer pour pouvoir avoir une activitĂ© qu’il soit possible de pratiquer malgrĂ© les restrictions sanitaires.

Ian est parti  d’un constat : pendant le confinement, tout le monde en avait marre des prĂ©sentations et rĂ©unions Ă  distance (zoom, teams, google meet
) oĂč chacun Ă©tait chez soi derriĂšre un Ă©cran… En effet, il Ă©tait (et c’est toujours le cas aujourd’hui) difficile de rester concentrĂ© et de ne pas s’ennuyer et “dĂ©crocher” en regardant quelqu’un parler Ă  travers un Ă©cran. 

Ian et son Ă©quipe  ont donc dĂ©cidĂ© de crĂ©er un vĂ©ritable studio professionnel au sein de leur entrepĂŽt, et de proposer Ă  des managers et dirigeants de venir se mettre en scĂšne, comme dans un vĂ©ritable show tĂ©lĂ©visĂ© , pour s’adresser Ă  leurs salariĂ©s de maniĂšre plus vivante!

(démonstration complÚte ici : https://www.youtube.com/watch?v=rEn8QBWBhnQ).

Cela a bien fonctionnĂ© et leur a permis d’obtenir un chiffre d’affaires suffisant pour payer tous les salariĂ©s normalement pendant la pĂ©riode des restrictions sanitaires-

Scene Change a donc su tirer un deuxiĂšme bĂ©nĂ©fice de cette crise : le studio crĂ©Ă© pendant la pĂ©riode de pandĂ©mie leur a permis de gĂ©nĂ©rer des profits et de prouver qu’ils Ă©taient capables d’ĂȘtre trĂšs agiles.

Et les consĂ©quences vertueuses ne s’arrĂȘtent pas lĂ .

TroisiĂšme bĂ©nĂ©fice : s’occuper de ce show a permis aux Ă©quipes de dĂ©velopper des nouvelles compĂ©tences. Ces derniĂšres ont demandĂ© l’aide d’un grand nombre  de personnes du monde de la tĂ©lĂ©vision pour dĂ©velopper des compĂ©tences utiles Ă  la rĂ©alisation d’Ă©vĂ©nements dans le style – “show tĂ©lĂ©visĂ©â€. 

QuatriĂšme bĂ©nĂ©fice  : lors de la sortie de crise, tout le monde souhaitait se rĂ©unir Ă  nouveau et profiter d’Ă©vĂ©nements en face Ă  face. Cependant, les entreprises concurrentes avaient Ă©tĂ© Ă©branlĂ©es par la crise et disposaient de moins de personnel mais aussi de moins de matĂ©riel de qualitĂ© que Scene Change. Il a donc Ă©tĂ© facile pour Scene Change de rĂ©cupĂ©rer des parts de marchĂ© face Ă  des concurrents dĂ©munis. En effet, des nouveau clients sont venus Ă  eux, en affirmant que  que leur prestataire habituel n’était plus en mesure d’assurer leurs demandes liĂ©es Ă  de gros Ă©vĂ©nements.

Ian en est convaincu : cette crise a permis Ă  Scene Change  a permis de se distinguer parmi la concurrence. On peut donc dire en quelque sorte que le Covid leur a Ă©tĂ© “bĂ©nĂ©fique”. 

RĂ©sultat : une croissance du chiffre d’affaires de 35% en 2022 par rapport Ă  2019.

Comme le dit Ian : “Le chaos est un excellent catalyseur”.

👉Une structure plate et transparente : abandonnez les managers intermĂ©diaires! 

« Il est important qu’il n’y ait pas de siĂšge social car cela nuirait Ă  la responsabilisation de ses Ă©quipes »

ian whitworth, co-fondateur de scene change

Ian croit rĂ©ellement en l’intĂ©rĂȘt d’une structure hiĂ©rarchique plate. Il trouve que les managers intermĂ©diaires (middle managers) sont souvent inutiles, parce qu’ils ne contribuent pas Ă  l’activitĂ© mĂȘme de l’entreprise et coĂ»tent de l’argent. Et surtout, cela nuit au bien-ĂȘtre des collaborateurs. Selon lui, ĂȘtre trop spĂ©cialisĂ©, ne pas avoir une vue globale et simplement faire ce qu’un manager de proximitĂ© demande empĂȘche le personnel de s’épanouir puisqu’il peut prendre beaucoup moins d’initiatives .Tout le monde, mĂȘme les techniciens participent donc aux rĂ©unions et aux rĂ©flexions globales du bureau auquel ils sont affiliĂ©s.

Pour que cette structure plate soit gĂ©rable, Ian et l’autre cofondateur ont dĂ©cidĂ© de segmenter l’entreprise. Il y a des bureaux Ă  Adelaide, Brisbane, Hobart, Hunter Valley, Melbourne et Sydney, et chacun d’entre eux est indĂ©pendant. Cela signifie qu’ils se partagent le nom de marque, mais sont totalement libres de prendre des dĂ©cisions indĂ©pendantes. Ils disposent de leur propre comptabilitĂ© et Ă©quipes de ventes. 

Les seuls managers sont les directeurs des diffĂ©rents bureaux. Pour Ian, il est important qu’il n’y ait pas de siĂšge social car cela nuirait Ă  la responsabilisation de ses Ă©quipes. Segmenter l’entreprise, puis fĂ©dĂ©rer les diffĂ©rentes entitĂ©s par des bons moments partagĂ©s serait selon lui la solution.

De plus, il faut savoir que l’entreprise ne souhaite pas  grandir Ă  l’infini. Ian est trĂšs heureux de la taille de son entreprise et ne cherche pas la croissance Ă  tout prix! 

👉CrĂ©er des liens d’amitiĂ© et de confiance entre les collaborateurs : le secret de la rĂ©ussite sur le long terme selon Scene Change

« Ă€ l’heure du digital, se rassembler fait sens si c’est pour partager de vĂ©ritables moments sympas. Sinon, Zoom suffit. »

IAN WHITWORTH, CO-FONDATEUR DE SCENE CHANGE

Étant donnĂ© la grande marge de manƓuvre et l’indĂ©pendance de chaque structure, nous nous questionnons sur l’uniformitĂ© de l’entreprise.

Nous demandons Ă  Ian s’il existe des rĂšgles communes entre les diffĂ©rents bureaux d’Australie.

Il nous rĂ©pond qu’il est vraiment important de ne pas dicter aux directeurs de bureau quoi faire. Selon lui, il est  important que chacun se sente libre de prendre des dĂ©cisions et des initiatives. Cela les rendra bien plus compĂ©tents et Ă©panouis sur le long terme. Ian prĂ©fĂšre qu’un manager “fasse une erreur qui coĂ»te 15 000 dollars Ă  l’entreprise, et retienne rĂ©ellement la leçon grĂące Ă  l’émotion qu’il aura ressenti, plutĂŽt que de dicter des rĂšgles et surprotĂ©ger les managers”. C’est pour lui une approche qui est plus humaine mais Ă©galement plus rentable sur le long terme! En effet, non seulement il y aura beaucoup moins de chances qu’il reproduise la mĂȘme erreur, mais aussi il est probable qu’il partage son enseignement aux autres collaborateurs.

Ian nous parle Ă©galement des “rĂ©unions d’uniformisation entre les directeurs de bureaux”. Il est convaincu que si l’on force les gens Ă  parler de leurs problĂšmes, ou Ă  rĂ©pondre Ă  des sondages, alors ils ne diront pas la vĂ©ritĂ©, ou ressasseront toujours les mĂȘmes problĂšmes. 

La solution? CrĂ©er de vĂ©ritables liens entre les diffĂ©rents directeurs, des liens d’amitiĂ©, de confiance.

Comme cela, ils seront amenĂ©s Ă  naturellement s’entraider.

Et c’est le cas aujourd’hui. Pour cela, Ian organise, plutĂŽt que des rĂ©unions classiques, des activitĂ©s ludiques Ă  faire ensemble, comme : un voyage en Nouvelle-ZĂ©lande, 2 jours d’activitĂ©s en pleine nature Ă  Sydney, des sorties au bar, des dĂźners


Selon lui, s’il s’agit simplement de faire une prĂ©sentation pour communiquer des informations, Zoom suffit. “Si je rĂ©unis mes Ă©quipes, c’est pour les fĂ©dĂ©rer”.

À l’heure du digital, se rassembler fait sens si c’est pour partager de vĂ©ritables moments sympas. Ensuite, une fois les liens crĂ©Ă©s, les managers Ă©changeront naturellement entre eux via Zoom ou des e-mails pour s’entraider.

S’asseoir et Ă©couter des prĂ©sentations, comme Ă  l’école, est quelque chose d’infantilisant et de peu efficace. Les salariĂ©s n’ont plus envie de ça aujourd’hui.

Souvent, lors des activitĂ©s fĂ©dĂ©ratrices dites de ‘team building’, les salariĂ©s partagent naturellement leurs problĂšmes auxquels ils font face dans leur travail et apprennent grandement Ă  se connaĂźtre les uns les autres. 

Une autre pratique fĂ©dĂ©ratrice originale dont nous a parlĂ© Ian, est l’organisation d’un grand dĂźner dans un beau domaine viticole, oĂč les Ă©poux des employĂ©s Ă©taient conviĂ©s, afin de les remercier de soutenir quotidiennement  leur Ă©poux dans leur travail. En effet, le travail dans l’évĂšnementiel peut amener Ă  devoir s’absenter certains week-end, Ă  travailler la nuit etc
  L’idĂ©e derriĂšre ce grand dĂźner est encore une fois de fĂ©dĂ©rer, de crĂ©er des liens d’amitiĂ©s afin d’amĂ©liorer l’engagement et le bien-ĂȘtre de tous les  salariĂ©s. Tout cela provient d’une conviction forte qui est rĂ©ellement au cƓur de leur entreprise : les collaborateurs sont le plus grand atout.

———-

On espĂšre que cet article vous aura plu! Merci et Ă  bientĂŽt !

lodysseemanageriale

Élodie & Dimitri

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

%d blogueurs aiment cette page :